Associer des villes à votre recherche

Vous recherchez un bien à ...

Ajouter une ville à ma recherche

Nom de la ville ou code postal : Ajouter
chargement Chargement des suggestions
carte nord pas de calais
Fermer

Le profil d'emploi du négociateur immobilier
Homme ou Femme, formation commerciale (BAC à BAC+3), disponible, dynamique, ambitieux.
Un premier emploi en agence immobilière ou une expérience commerciale serait un plus.
Statut : salarié ou agent commercial.

Celtimo Agence immobiliére annonces pro

Actualité du réseaux

Les nouvelles de l'immobilier

Un concept d’agence immobilière fondé sur la proximité avec la clientèle
Plus d'infos

Un concept d’agence immobilière fondé sur la proximité avec la clientèle

CELTIMO a été créé avec la volonté de s’imposer dans le paysage immobilier et de devenir une nouvelle référence en matière de services immobilier.

L’axe directeur du concept réside dans la forte proximité avec les clients qui se traduit notamment par de nouvelles méthodes commerciales et un agencement où la convivialité est au cœur de la relation client avec une démarche marketing atypique et originale sur le marché de l’immobilier.

Le concept modernise et humanise le métier d’agent immobilier, n’hésitant pas à bousculer les normes traditionnelles de son marché avec des résultats qui ont fait leurs preuves, même au plus fort des périodes difficiles.

 

Les nouvelles de l'immobilier

La chute des taux du crédit immobilier ne prend pas de vacances.
Plus d'infos

La chute des taux du crédit immobilier ne prend pas de vacances.

La chute des taux du crédit immobilier ne prend pas de vacances. Cet été, les taux des prêts immobiliers ont continué de battre tous les records à la baisse. En moyenne, ils se sont établis à 2,70 % en juillet, contre 2,81 % en juin, selon le baromètre de l'Observatoire Crédit logement-CSA. En août, on pouvait observer un taux moyen fixe sur vingt ans de 2,59 %, avec un plancher à 2,15 % pour les meilleurs dossiers. L'Observatoire Crédit Logement-CSA qui recense les taux moyens du crédits sur tout le territoire français montre une fois de plus la poursuite d'un mouvement baissier inédit depuis les années 1940. Par son ampleur et sa durée, la baisse des taux actuelle bat tous les records historiques. Une situation qui devrait assurer un maintien des taux à un faible niveau pour la rentrée et pendant encore plusieurs mois. Comment l'expliquer? Les mesures prises en juin par la Banque Centrale Européenne (BCE) ont fortement impacté le marché des emprunts d'Etat, influant en conséquence celui des crédits immobiliers. En juin La baisse de 0,15 % du principal taux directeur de la BCE et la décision de faire passer la « rémunération » des dépôts des banques à un niveau négatif (— 0,10 %) ont entrainé une nouvelle détente du marché obligataire français. Le taux de l'obligation assimilable du Trésor (OAT) dix ans est ainsi passé de 1,77 % à 1,56 %. Pour mémoire, au 1er janvier 2014, il s’établissait encore à 2,56 %. Or c'est en partie sur la base de cet OAT que les banques fixent les taux de crédit qu'elles proposent aux particuliers. D’où une baisse continue qui s’est poursuivie tout l’été. En l'absence de toute tension inflationniste, le contexte devrait rester durablement favorable aux emprunteurs. Rappelons qu’en Europe, le taux d'inflation est au plus bas, à 0,5 %, alors que la BCE a pour mission de le maintenir à un niveau proche de 2 %. Aussi Les experts estiment qu'une remontée du taux directeur est peu probable tant que l'inflation restera inférieure à 2 %. Quelle conséquence pour les acheteurs et les propriétaires? Ces niveaux exceptionnellement bas offrent aux acquéreurs de réelles opportunités pour financer leur achat de biens immobiliers aux meilleures conditions. Emprunter n’a jamais été aussi bon marché. La situation actuelle profite également aux renégociations de crédits, notamment pour les propriétaires qui ont emprunté entre le début de l’année 2011 et la mi-2012, quand les taux étaient plus élevés.
Les nouvelles de l'immobilier

Logement insalubre : les critères
Plus d'infos

Logement insalubre : les critères

Logement insalubre : les critères L'insalubrité d'un logement est évaluée au cas par cas en fonction d'une liste de 29 critères. Les plus importants sont les suivants : ?La taille du logement : un logement d'une superficie totale de moins de 9m2, et d'une hauteur sous plafond inférieure à 2m20 est un logement insalubre ; ?La structure du bâti : les escaliers et les sols instables par exemple rendent les logements insalubres ; ?L'eau : un logement qui ne possède pas d'arrivée d'eau potable, ni d'eau chaude, et qui n'est pas équipé d'un siphon d'évacuation des eaux est considéré comme insalubre. Il ne doit pas y avoir d'infiltrations d'eau dans le logement ; ?Certains matériaux de construction rendent le logement insalubre : poussières d'amiante, eau stagnante dans une canalisation en plomb, poussière de peinture au plomb... ; ?Un logement est insalubre s'il n'a pas d'ouverture donnant sur l'extérieur et assurant éclairage naturel et ventilation ; ?Une installation électrique qui n'est pas aux normes (fils dénudés par exemple) ou qui ne fonctionne pas est un critère d'insalubrité ; ?Le chauffage : le logement est insalubre s'il ne dispose pas d'une installation permettant un chauffage suffisant ; ?Les sanitaires : un logement doit comporter une douche et des toilettes séparées de la cuisine et de la pièce principale. À noter : pour les studios, les WC peuvent être situés sur le palier. L’évaluation de l’insalubrité d’un logement : la notion de risque pour la santé Pour chaque critère, on évalue le degré d'insalubrité d'un logement en fonction du risque pour la santé des occupants ou du voisinage : un raccordement non étanche, une fuite de gaz ou un trop fort taux d'humidité peuvent provoquer une intoxication au CO2, un incendie ou des allergies. La présence de matériaux dangereux constitue un risque de saturnisme ou de cancer. Logement insalubre : les recours La procédure commence par des échanges amiables, tels qu'un courrier recommandé avec accusé de réception adressé au propriétaire des lieux. S'ils restent infructueux, vous pouvez saisir l'Agence régionale de la santé (ARS) et la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP). Il peut aussi être utile d'avertir le Service communal d'hygiène et de santé, qui rendent un rapport sur l'état de l'immeuble concerné. Le Préfet prend ensuite un arrêté déclarant le logement insalubre (pouvant éventuellement entraîner sa destruction). Dans ce dernier cas, il donne au bailleur une liste des travaux à réaliser et des délais à respecter. La déclaration d'insalubrité d'un logement a pour effet la suspension de l'obligation de paiement des loyers à compter du mois suivant la prise de l'arrêté préfectoral. Circulaire nº293 du 23 juin 2003 Décret nº2002-120 du 30 janvier 2002
Les nouvelles de l'immobilier

Les clauses obligatoires du bail de location
Plus d'infos

Les clauses obligatoires du bail de location

Les clauses obligatoires du bail de location Pour être valide, le bail locatif doit contenir certaines informations : ?le nom et l'adresse du propriétaire ou de son mandataire, ?la date d'entrée dans les lieux et la durée du bail, ?la description du logement et des parties communes, ?l'usage prévu des locaux (le bail peut être à usage d'habitation ou à usage mixte), ?le montant du loyer, ?le montant des charges à payer en sus du loyer, ?le montant du dépôt de garantie, ?le délai de préavis pour la résiliation, et les conditions de renouvellement du bail.
Les nouvelles de l'immobilier

Les documents à fournir en annexe du bail de location
Plus d'infos

Les documents à fournir en annexe du bail de location

Les documents à fournir en annexe du bail de location En annexe du contrat de bail de location doit se trouver impérativement l'état des lieux d'entrée. Obligatoire et document essentiel, il évitera les litiges au départ du locataire. Il permet de comparer l'état du logement au début et à la fin de la location. Pour que le locataire soit informé plus précisément sur certains aspects de l'état du logement (performance énergétique, existence éventuelle de plomb, éventuels risques naturels et technologiques) un dossier de diagnostic technique doit être remis au locataire. Il est annexé au contrat de bail. Si l'immeuble est une copropriété, le règlement de copropriété devra être annexé au contrat de bail. Il décrit entre autres les modalités d'usage des parties communes et les règles de communauté relatives à l'immeuble. Enfin, si le locataire a dû fournir une caution pour le paiement des loyers, le contrat de caution solidaire établi avec un tiers devra être annexé au contrat de bail. S'il s'agit d'un bail de location concernant un meublé, il devra comporter en annexe un inventaire précis de tous les meubles mis à disposition. Les clauses abusives dans le contrat de bail de location Certaines clauses sont considérées comme abusives quand elles apparaissent dans un bail de location. Parmi elles, on trouve celles qui : ?obligent le locataire à payer le loyer par virement automatique uniquement, ?interdisent au locataire d'effectuer des travaux ne modifiant pas la destination du logement, ?l'interdisent d'héberger des personnes dans le logement loué, ?l'obligent à payer les 3 mois de préavis s'il justifie de motifs légaux pour bénéficier d'un préavis réduit. Les clauses considérées comme abusives sont déclarées non écrites, c'est-à-dire inexistantes. Cependant le contrat de bail de location subsiste dans ses autres dispositions.
Les nouvelles de l'immobilier

Locataire-propriétaire : qui paie quoi ?
Plus d'infos

Locataire-propriétaire : qui paie quoi ?

Locataire-propriétaire : qui paie quoi ?

Novembre 2010
Une panne d'ascenseur ? Une défaillance du ballon d'eau chaude ? Qui du locataire ou du propriétaire doit payer la réparation ? Le point sur ce qui est à la charge de chacun.

En France, 40 % des ménages sont locataires (source : INSEE).
A la signature du bail, le propriétaire doit offrir un logement décent et en bon état. De son coté, le locataire doit payer le loyer et les charges et s'engage à entretenir les lieux. Les charges et les réparations à la charge du locataire sont les charges dites « locatives ». Toutes les autres incombent au propriétaire.

  Propriétaire Locataire
Charges
Toutes les dépenses liées aux travaux et services suivants
  • Conservation en l'état ou amélioration du bien : grosses réparations, gros travaux, création d'espaces verts, toiture, ravalement, remplacement d'équipements...
  • Gestion et administration de l'immeuble : assurance, honoraires du syndic, etc.
  • Installation de nouveaux équipements, par exemple de sécurité (porte blindée)
  • Dépenses obligatoires (mise aux normes d'un ascenseur, équipements anti-incendie, etc.)
  • Gardiennage et sécurité (le locataire a droit à une jouissance paisible des lieux)
  • Eau, combustible (gaz, fuel), électricité, produits et fournitures d'entretien, ampoules, produits d'hygiène, insecticide, etc.
  • Entretien courant et menues réparations des équipements collectifs et des parties communes (ascenseur, espaces verts)
  • Une partie des charges de gardiennage
  • Taxes locatives (ex. : enlèvement des ordures ménagères)
Réparations
  • Renouvellement de la chaudière, changement des robinets, des volets, des fenêtres, etc.
  • Ravalement et autres grosses réparations
  • Réparations des actes de vandalisme
  • Réparations liées à la vétusté ou à une malfaçon des équipements
Les nouvelles de l'immobilier

Bien gérer votre investissement locatif
Plus d'infos

Bien gérer votre investissement locatif

Bien gérer votre investissement locatif.

Novembre 2010
Gérer un bien immobilier ne s'improvise pas. Vaut-il mieux le faire seul ou en déléguer la gestion à une société de gestion locative ? Faites le point.

Propriétaire : quelles sont vos obligations ?

  • Entretenir votre bien pour pouvoir le louer dans un état d'habitabilité décent. Il doit être doté des éléments le rendant conforme à l'usage d'habitation et ne doit pas laisser apparaître de risques manifestes pouvant porter atteinte à la sécurité physique ou la santé de vos locataires. Les réparations importantes vous incombent, comme celles dues à la vétusté, à un vice de construction ou à un cas de force majeure.
  • Déclarer la présence de termites à la mairie. Cette déclaration doit être réalisée par le propriétaire ou l'occupant dès que la présence de termites est connue.
  • Respecter les dernières réglementations en matière de sécurité et de prévention des incendies.
  • Rédiger tous les documents administratifs liés à la location de votre bien : contrat de location, quittance de loyer, état des lieux, etc.

Gérer votre bien seul

Les avantages :

  • vous préservez la rentabilité locative de votre bien en économisant les frais de gestion,
  • vous sélectionnez vous-même vos locataires.

Les inconvénients :

  • vous devez vous-même rédiger les actes, effectuer les visites, gérer les travaux, faire face aux impayés… Les aléas de la gestion locative exigent une grande disponibilité et une certaine proximité géographique.

Confier la gestion de votre bien à un professionnel

Le principal avantage : la tranquillité d'esprit !
La société de gestion locative s'occupe du volet administratif de la gestion de votre bien :

  • rédaction du bail,
  • encaissement des loyers,
  • envoi des quittances,
  • récupération des taxes,
  • entretien et suivi des travaux éventuels,
  • calcul du revenu foncier pour déclaration fiscale, etc.

Elle s'occupe également de la recherche des locataires, de leur sélection, des visites, de l'état des lieux, etc.

Enfin, elle peut vous faciliter l'accès à certaines garanties spécifiques contre les aléas de la location (impayés, frais de contentieux…), et sécuriser ainsi vos revenus.

L'inconvénient : ces services ont un coût qui représente environ 7 % du loyer annuel encaissé. Vérifiez bien le contrat vous liant à la société de gestion : l'ensemble des services proposés ainsi que leur coût doivent y figurer.

Comment choisir ?

Gérer seul son bien est la solution la plus économique. A vous d'arbitrer entre le coût d'un professionnel et votre tranquillité, en fonction de votre motivation et de vos disponibilités !

Les nouvelles de l'immobilier

La loi ALUR du 24 mars 2014 a modifié les modalités de révision du loyer.
Plus d'infos

La loi ALUR du 24 mars 2014 a modifié les modalités de révision du loyer.

La loi ALUR du 24 mars 2014 a modifié les modalités de révision du loyer. Depuis le 27 mars 2014, le bailleur dispose d'un délai d'un an, à compter de la date prévue pour la révision, pour en faire la demande. S'il manifeste sa volonté de réviser le loyer dans ce délai, celle-ci prendra effet au jour de sa demande. Après l'année écoulée, la révision n'est plus possible. Le bailleur peut demander la révision du loyer en prenant en compte tous les indices applicables aux révisions antérieures à l'entrée en vigueur de la loi ALUR. Attention : le différentiel de loyer d'une révision antérieure au 26 mars 2009 est prescrit et le bailleur ne peut plus en exiger le paiement ; le paiement des différentiels d'une révision de loyer entre le 27 mars 2009 et le 26 mars 2014 doit être demandé avant le 26 mars 2015.
Les nouvelles de l'immobilier

Comment se calcule la révision du loyer pour une location nue ?
Plus d'infos

Comment se calcule la révision du loyer pour une location nue ?

Lorsque le contrat de location prévoit la révision du loyer, celle-ci intervient chaque année à la date convenue entre les parties ou, à défaut, au terme de chaque année du contrat. L'augmentation du loyer qui en résulte ne peut excéder la variation d'un indice de référence des loyers publié par l'Insee chaque trimestre et qui correspond à la moyenne, sur les douze derniers mois, de l'évolution des prix à la consommation hors tabac et hors loyers. A défaut de clause contractuelle fixant la date de référence, cette date est celle du dernier indice publié à la date de signature du contrat de location. Exemple : un loyer fixé le 1.11.2009 à 700 euros hors charges, s'établit au 1.11.2010, à : 700 € x indice de référence des loyers du 3ème trimestre 2010 indice de référence des loyers du 3ème trimestre 2009 L''indice du 3ème trimestre est le dernier indice connu au 1er novembre, date de la révision dans l'exemple ci-dessus.
Les nouvelles de l'immobilier

Si le bail a été signé avant le 10 février 2008
Plus d'infos

Si le bail a été signé avant le 10 février 2008

L’IRL s’étant substitué à l’Indice du coût de la construction (ICC) à partir du 1er janvier 2006 et la composition de l’IRL ayant été modifiée à partir du 10 février 2008, plusieurs cas de révisions peuvent trouver à s’appliquer. - Entre le 1er janvier 1995 et le 31 décembre 2005, la moyenne de l'indice national du coût de la construction (ICC) établi et publié par l'INSEE servait de base à la révision des loyers. Pour calculer les révisions annuelles qui auraient dû intervenir avant le 1er janvier 2006, il convient donc de se référer à cet indice et aux règles applicables lors de chaque révision. - Depuis le 1er janvier 2006, c'est l'indice de référence des loyers (IRL) publié par l'INSEE chaque trimestre qui sert de référence. Cet indice était jusqu'au 9 février 2008 constitué, pour 60 % de l'indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyer, pour 20 % de l'indice du coût de la construction, et pour 20 % de l'indice des prix des travaux d'entretien et d'amélioration du logement. Pour calculer les révisions annuelles qui devaient intervenir entre le 1er janvier 2006 et le 9 février 2008, il convient de se référer aux valeurs et à l'évolution de cet ancien IRL. Le nouvel indice s'applique aux baux en cours mais la loi n'a pas d'effet rétroactif. Depuis le 10 février 2008, l'IRL correspond à la moyenne sur les douze derniers mois, de l'évolution des prix à la consommation hors tabac et hors loyers. Ce nouvel indice (dont la composition a changé mais pas le nom) s'applique aux nouveaux contrats de location conclus à compter du 10 février, mais aussi aux baux en cours à la date du 10 février 2008, sans qu'il soit nécessaire de signer un avenant au bail. Les révisions annuelles intervenant depuis le 10 février 2008 doivent être calculées à partir de ce nouvel IRL publié par l'INSEE.
Les nouvelles de l'immobilier

Comment réviser un loyer dont le montant n'a pas été révisé depuis plusieurs années ?
Plus d'infos

Comment réviser un loyer dont le montant n'a pas été révisé depuis plusieurs années ?

Sous réserve que la révision soit prévue dans le contrat de location, le bailleur qui n'a pas demandé la révision du loyer dans les années passées, peut réajuster le loyer. Il faut alors reconstituer le loyer tel qu'il aurait dû être si les révisions prévues dans le bail avaient été effectuées : on applique les indices en vigueur aux dates auxquelles auraient dû intervenir les révisions : selon les dates, la moyenne sur 4 trimestres de l'indice du coût de la construction (ICC), l'ancien indice de référence des loyers (IRL) ou le nouvel IRL. Exemple d'un contrat de location de 6 ans signé le 1er avril 2003 dont le loyer n'a jamais été révisé. Le bailleur envisage une révision le 1er avril 2008 Montant du loyer initial de 500 euros avec une clause de révision annuelle du loyer au 1er avril 2004 en fonction de l'évolution de la moyenne sur 4 trimestres de l'ICC (date de référence du dernier indice connu à la date de signature du bail, soit l'ICC du 3ème trimestre). Au 1er avril 2004, Loyer = [ 500 € x moyenne de l'ICC 3ème trimestre 2003 ] / moyenne de l'ICC 3ème trimestre 2002 = L1 Au 1er avril 2005 > Loyer = [ L1 x moyenne de l'ICC 3ème trimestre 2004 ] / moyenne de l'ICC 3ème trimestre 2003 = L2 Au 1er avril 2006 > Loyer = [ L2 x IRL ancien 3ème trimestre 2005 ] / IRL ancien 3ème trimestre 2004= L3 Au 1er avril 2007 Loyer = [ L3 x IRL ancien 3ème trimestre 2006 ] / IRL ancien 3ème trimestre 2005= L4 Au 1er avril 2008 Loyer = [ L4 x IRL nouveau 3ème trimestre 2007 ] / IRL nouveau 3ème trimestre 2006 = L5 Au 1er avril 2009, le loyer sera le suivant Loyer = [ L5 x IRL nouveau 3ème trimestre 2008 ] / IRL nouveau 3ème trimestre 2007 = L6 La reconstitution du loyer peut se faire au-delà de 5 ans ; en revanche le bailleur qui voudrait réclamer au locataire les loyers incontestablement dus qu'il n'aurait pas perçus, peut le faire 5 ans maximum après leurs échéances.
Les nouvelles de l'immobilier

Etat des lieux d’entrée
Plus d'infos

Etat des lieux d’entrée

Comme son nom l’indique, l’état des lieux d’entrée doit être réalisé avant ou lors de la remise des clés au nouveau locataire entrant.

Il est normalement effectué avant l’emménagement du nouveau locataire ce qui permet de faciliter la visite du logement, de mieux identifier les défauts ou dégradations et éviter tout litige sur d’éventuels problèmes qui aurait pu être occasionnées lors de l’emménagement dans le logement.

En cas de problème sur un élément d’équipement ou le non branchement d’un compteur (eau, gaz ou électricité), le locataire peut émettre des réserves sur l’état des lieux.

Si quelques jours après avoir emménagé dans le logement, le locataire constate un défaut important, il doit le signaler par lettre recommandée avec accusé de réception au propriétaire ou au cabinet de gestion mandaté par celui-ci.

Conformément à la loi du 6 juillet 1989 (article 3), si le locataire constate un défaut du système de chauffage, il peut faire modifier l’état des lieux au cours du premier mois de chauffe.

Il peut arriver que les 2 états des lieux d’entrée et de sortie soient réalisés en même temps avec les présences simultanées des locataires entrants et sortants.

Les nouvelles de l'immobilier

COMMENT PARTAGER SON BIEN IMMOBILIER EN CAS DE DIVORCE ?
Plus d'infos

COMMENT PARTAGER SON BIEN IMMOBILIER EN CAS DE DIVORCE ?

C'est la vie : les couples ne sont pas toujours éternels et l'on compte aujourd'hui près de 364 divorces par jour en France. Chacune de ses procédures entraîne la liquidation du régime matrimonial et le partage des biens entre les époux. Comment gérer au mieux cette redistribution ? Voici Quelques éléments de réponse avec LA RESIDENCE… Divorcer sans vendre sa maison ou son appartement? Si le bien immobilier appartient à l'un des époux, il n'est pas pris en considération lors du divorce, sauf si le contrat de mariage stipule une disposition particulière à ce sujet. Dans d'autres cas, la maison ou l'appartement peuvent être possédés en bien communs ou indivis, c'est à dire qu'ils sont possédés par les deux époux, sans qu'il n’y ait possibilité de le répartir entre eux ni de le vendre sans l'accord des deux parties. Si telle est la situation, le devenir du bien immobilier devra être précisé au juge des affaires familiales. Sera-t-il vendu avec partage du prix de vente? Ou sera-t-il attribué à l'un des époux contre compensation? Pour cette dernière option, un notaire devra établir un état de liquidation destiné à clarifier les droits de chacun avant la convention de divorce. Par la suite le juge valide cet état liquidatif, selon les formalités du divorce et désigne l'époux qui en devient propriétaire. Que se passe-t-il en cas de désaccord? Si le divorce s'opère sans consentement mutuel, le Juge du divorce n’est pas celui qui prononcera la liquidation des biens immobiliers. Le divorce peut alors être prononcé indépendamment du partage du bien. S'il s'agit d'un logement familial, il sera attribué à l’un des époux dès la première audience de conciliation. Mais si une procédure d’appel est engagée par l’autre époux alors la liquidation du bien peut se compliquer et prendre beaucoup plus de temps. Les époux devront trouver un terrain d’entente et décider soit de partager leur bien, soit de le vendre. Si aucun accord n'est trouvé, il revient au tribunal de trancher. Un cas de figure qui aboutit souvent à la vente aux enchères du bien en question. Notre conseil: mieux vaut vendre son bien immobilier avant d’engager la procédure de divorce. Cette opération est plus intéressante d'un point de vue fiscal car la fiscalité du partage n'est alors pas prise en considération.
Les nouvelles de l'immobilier

L’outils de calcul des frais de notaire ci-dessous (barême 2013 / 2014)
Plus d'infos

L’outils de calcul des frais de notaire ci-dessous (barême 2013 / 2014)

L’outils de calcul des frais de notaire ci-dessous (barême 2013 / 2014) vous permet de calculer automatiquement le montant estimatif des frais de notaire dans le cadre d’un achat immobilier. Il ne s’agit que d’une estimation, le montant définif des frais du notaire dépendra de la nature précise des démarches effectuées. Le plus souvent le notaire a tendance à surestimer le montant de la provision; il rembourse le trop perçu au bout de quelques mois (3 à 6 mois en moyenne) après avoir établi le calcul définitif des frais et taxes. Les frais de notaire sont dus par l’acheteur. bien immobilier ancien immeuble neuf (vente en VEFA) bénéficiant de frais réduits terrain à bâtir signature avant le 1er mars 2014 simulation signature après le 1er mars 2014 (dans l’hypothèse où le Conseil Général de votre département voterait la hausse des droits de mutation de 0.7%) valeur du bien vendu: euros Le montant estimé des frais de notaire est de 7474 €. Ces frais de notaire se décomposent de la façon suivante: •émoluments proportionnels du notaire*:1350 € Il s’agit de la rémunération du notaire proprement dite. •frais de formalités, copies et débours:1000 € Ces frais dépendent des formalités engagées par le notaire: purge du délai de rétractation, interrogation du cadastre, renseignements hypothécaires, purge du droit de préemption, demande de pièces d’urbanisme, interrogation du syndic, frais de copie, attestation de vente... •frais de publication:87 € C’est le salaire du conservateur des hypothèques (0,1% du prix de vente) •droits d’enregistrement:5037 € Les droits d’enregistrement sont de 5,09%. Le taux de 5.09% pourra être porté à 5.79% dans les départements où les Conseils Généraux auront voté la hausse des droits de mutation en 2014. Pour les immeubles neufs vendus en VEFA, ces droits sont de 0,715% du prix de vente. *Ce calcul est établi à partir du nouveau barème des frais de notaire en vigueur depuis le 17 février 2011 suite à la parution du décret n°2011-188 qui a revalorisé les émoluments variables du notaire. Les émoluments variables du notaire sont calculés selon le tableau ci-dessous.
Les nouvelles de l'immobilier

Le PTZ (Prêt à Taux Zéro)
Plus d'infos

Le PTZ (Prêt à Taux Zéro)

Le PTZ (Prêt à Taux Zéro) évolue. Dès le 1er octobre 2014, de nouvelles règles seront applicables au calcul de ses barèmes d’attribution. Réservé aux primo-accédants qui acquièrent un logement neuf pour résidence principale, mais également aux locataires HLM achetant le logement qu’ils occupent, le PTZ sera étendu aux biens anciens avec travaux en 2015. Cette évolution est l’occasion de rappeler ce que vous pouvez gagner avec un PTZ … Le PTZ est-il plus avantageux dès le 1er octobre 2014 ? Plafonds de ressources, quotités des prêt, montants et profils de remboursement, de nombreux changements sont appliqués au calcul du barème du Prêt à Taux Zéro version 2014. L’ensemble des nouvelles dispositions concernent les offres de prêt émises à compter du 1er octobre 2014, à l’exception des mesures concernant les logements anciens. En effet, l’extension du PTZ à l’ancien avec rénovation sont attendues dans la loi de finances pour une mise en œuvre en 2015. Parmi les nouveautés, notons que le PTZ version 2014 sera moins intéressant en zone A, mais en revanche, les conditions seront plus favorables pour l’acquisition d’un bien située en zones B1, B2 et C. Combien peut-on gagner avec un Prêt à Taux Zero ? Pour évaluer vos gains, le plus simple est encore de comparer un plan de financement avec et sans PTZ. Par exemple, un couple avec deux enfants qui dispose d’une capacité de remboursement de 1.200 euros par mois pourrait financer un bien de 243 600 euros, à un taux fixe de 3,35% sur 25 ans. S’il effectue cette acquisition avec un financement consolidé par un PTZ de 63.336 euros, ils pourraient n’avoir à rembourser que 1.073,20 euros par mois pendant 25 ans*. Soit une baisse d’un peu plus de 10% de la mensualité et une économie de 38.043 euros sur le coût total de son crédit immobilier. L’emprunteur peut également choisir de diminuer la durée de remboursement et passer sur 22 ans, avec une mensualité de 1188,70 euros. Dans cette option, il réaliserait une économie supplémentaire de 8.143 euros. Il est donc clairement établi que votre financement est bien plus avantageux lorsqu’il comprend un Prêt à Taux Zéro. Un PTZ augmente-t-il mon pouvoir d’achat immobilier ? Oui, un PTZ peut vous permettre d’acheter un bien d’une valeur supérieure à ce que vous auriez pu acquérir sans lui. Selon votre situation, cette augmentation de pouvoir d’achat immobilier sera plus ou moins importante. Plus vos revenus sont faibles et plus vous bénéficierez de conditions de remboursement du PTZ avantageuses. Rappelons également qu’en toute logique, plus les taux d’intérêts sont bas et moins les avantages du PTZ sont importants. Dans tous les cas, un PTZ vous permettra d’optimiser votre financement, soit pour diminuer vos remboursements, soit pour augmenter la valeur du bien acquis, soit pour réduire votre durée de remboursement. Pour information : contrairement à une idée reçue, ce n’est pas l’état qui avance le montant du PTZ, mais bien la banque ou l’établissement préteur. L’état prend en charge les intérêts du PTZ et les rembourse à la banque sous forme de crédits d’impôt.

Nos offres par ville



Immobilier à :
Plan du site - Mentions légales - Design : COM Positions Création de site internet à Dunkerque : Com-Positions.com

Valid XHTML 1.0 Transitional